Heure locale: 02:15
Langue:
Maison / Grande Route de la Soie / Histoire des peuples de l'Asie Centrale

Aujourd'hui l'Asie Centrale est l'ensemble de cinq pays, ex-republiques de l'Union Sovietique, devenus independants en 1991: Kazakhstan, Ouzbekistan, Kirghizstan, Tadjikistan et Turkmenistan. Ils s'etendent de la mer Caspienne a l'ouest jusqu'a la frontiere chinoise a l'est.

L'histoire des peuples de l'Asie Centrale avant le VIe siecle avant J.-C. n'est connue que grace aux temoignages fragmentaires des poemes epiques et des legendes. Les historiens antiques nous fournissent des informations plus fiables.

Les terres riches et fertiles des oasis centrasiatiques et leur situation geographique favorable tentaient toujours les envahisseurs. En 540 avant J.-C. la Bactriane, etendue depuis la chaine de Guissar en Ouzbekistan jusqu'a l'Hindou-Kouch en Afghanistan, devient satrapie de l'empire achemenide. Cyrus II le Grand (559-530 avant J.-C.) envahit egalement la Sogdiane, le Khorezm et l'empire parthe. Ces territoires sont mentionnes dans la celebre inscription de Behistoun de Darius I (522-486 avant J.-C.). Cette vaste etendue, comprenant le Kazakhstan du milieu et de l'est, les territoires autour de la mer d'Aral, le bassin des Sept rivieres et les contreforts du Pamir, etaient habites par les Sakas et les Massagetes, tribus nomades et semi-nomades. Herodote mentionne la reine des Massagetes, Toumaris, qui combat Cyrus II. La Sogdiane (ou le Sogd), avec la capitale a Samarcande, fondee vers le VIIe siecle avant J.-C., comprenait le territoire du Tadjikistan d'aujourd'hui, le Pamir exclu, et celui de l'Ouzbekistan, le Khorezm et la Bactriane du nord exclus. Le Khorezm, situe dans l'Amou bas, est l'une des plus anciennes civilisations en Asie Centrale. Plusieurs historiens l'identifient comme Aryanam-voytchakh, premier pays des aryens, mentionne dans l'Avesta. L'empire parthe s'etendait sur les montagnes Kopetdag et les vallees voisines du Turkmenistan de l'ouest et de l'Iran du nord-est.

Les peuples centrasiatiques etaient engages dans la lutte entre deux mondes puissants de l'epoque – la Grece et la Perse. Les soldats d'Asie Centrale prenaient part aux campagnes des Perses contre Athenes. Dans la bataille de Gaugameles (331 avant J.-C.) Alexandre le Grand a battu a plate couture l'armee du dernier roi achemenide, Darius III, et a ainsi mis fin a la dominance des Achemenides en Asie Centrale. Il reunit la Sogdiane et la Bactriane en une satrapie qui est ensuite transformee par Diodote en etat Greco-Bactrien qui existait jusqu'au II siecle avant J.C.

L'historien antique Strabon ecrit que les Hellenes furent prives de la Bactriane par les nomades, venus du pays des Sakas. Les sources chinoises nous renseignent de la conquete de la Bactriane (Dakhya) par les tribus de Yue-tchji, chassees a leur tour du Turkestan de l'est par les Huns. Apres avoir combattu les rois greco-bactriens, les Yue-tchji s'installent sur la rive droite de l'Amou. Les auteurs antiques identifiaient les Yue-tchji comme les Tokhars, d'ou le nom de cette region – Tokharistan.

En s'appuyant sur le rapport de l'ambassadeur Zhang Qian, les chroniques chinoises parlent de l'etat des nomades, des Scythes probablement, Kangju dont les traditions etaient proches de celles des Yue-tchji. L'histoire de Kangju remonte a l'Avesta ou Kangkha est mentionne comme capitale du Touran. L'etat de Kangkha est egalement decrit dans le poeme epique "le Mahabharata" (IVe siecle avant J.-C.). Cet etat occupait le milieu et le bas du bassin du Syr-Darya du IIe siecle avant J.-C. au IVe siecle apres J.-C. D'apres les sources chinoises, les gouverneurs de Kahngkha controlaient Boukhara, Chakhrissabz, Kattakourgan, l'oasis de Tachkent et le Khorezm du nord.

Zhang Qian mentionne egalement l'etat de Davan (Ferghana), reunissant 700 villes, avecla capitale a Gouchan (Yu-tchen), probablement Ouzgen d'aujourd'hui.

Les chroniques chinoises relatent qu'au Ier siecle apres J.-C. un des cinq clans des  Yue-tchji – les Gouychouan (les Kouchans) s'eleve particulierement en Bactriane (Dakhya). Le prince des Kouchans, Kadfiz, se proclame roi et commence la guerre qui finit par la fondation du noyau de l'empire des Kouchans. Ses successeurs terminent la creation du grand empire comprenant les territoires de l'Asie centrale, l'Afghanistan, une partie de l'Inde et du Pakistan, l'empire egal a l'empire romain ou chinois. Sous les Kouchans le bouddhisme devient une des religions universelles et la Grande Route de la Soie atteint un nouveau sommet.

Aux Ve et VIe siecles les Kouchan sont remplaces par les Hephtalites. Selon l'historien russe L. Goumilyov, les Hephtalites (les Huns Blancs) se formerent comme un peuple dans la region du Pamir. L'etat des Hephtalites reunit les territoires de l'Asie Centrale, sauf le Khorezm, c'est-a-dire, la Sogdiane, la Bactriane (le Tokharistan et la vallee de Ferghana), l'Afghanistan et l'Iran de l'est. Au cours des guerres, les Hephtalites detruisent l'empire Gupta en Indes, avant d'etre effaces par les gouverneurs indiens, sassanides et turcs.

Aux VIe et VIIe siecles, les peuples de l'Asie Centrale sont envahis par les nomades turcs qui fondent le Kaganat turc controlant un vaste territoire de l'ocean Pacifique a la mer Noire (en 630 jusqu'a l'ocean Indien) avec la majeure partie de la Grande Route de la Soie. Les empereurs chinois etaient obliges de leur payer le tribut de 1 000 pieces de soie (d'ailleurs, jusqu'en 630 quand les chinois parviennent a defaire les turcs).

Au VIIe siecle, les peuples centrasiatiques sont de nouveau menaces – cette fois, par les arabes qui ont deja envahi la Syrie, la Palestine et l'Iran. En 651 les arabes prennent sans bataille la ville de Merv. Au debut du VIIIe siecles avec Kouteyba ibn-Mouslim a la tete accomplissent la conquete de la majeure partie de l'Asie Centrale. Selon l'historien arabe ibn-al-Asir, Kouteyba emmene plus de 100 000 d'habitants de l'Asie Centrale comme esclaves. Au IXe siecle, apres la desintegration du Khalifat arabe, l'Asie Centrale, deja convertie en islam, est reunie par les Samanides (819-999).

En 999 Boukhara, capitale samanide, est prise par les Karakhanides, dynastie ayant reuni des tribus des turcs nomades des Sept rivieres et de Kashgar. Ils ont deja conquis Chach, Ferghana et la Sogdiane.

En 1141 le Maverannakhr (nom arabe de la Transoxiane) est attaque par les Kara-Khitans qui se basent dans le bassin des Sept rivieres. Profitant du morcellement feodal, ils envahissent d'abord Samarcande, ensuite Boukhara, mais ils se contentent du tribut.

Le Khorezm, qui reprend les forces apres la chute de la dynastie des Seldjoukides en Iran en 1194, s'oppose alors au pouvoir des Kara-Khitans et refusent de payer le tribut. En 1210 Khorezm-chah Moukhammed reprend Boukhara et avec son allie Osman, khan karakhanide de Samarcande, se dirige vers les Sept rivieres. Pendant la bataille pres du Talas, Moukhammed captive le general de l'armee des Kara-Khitans, Tyangou. La veille de la conquete de l'Asie Centrale par les mongols, le Khorezm-chah Moukhammed reunit les territoires du Maverannakhr au sein de son etat.

Gengis-khan comptait sans guerre convertir le Khorezm en etat vassal, mais Moukhammed y renonce et assassine les ambassadeurs mongols. C'est le debut d'une epoque tragique. En 1220 l'est et le centre du Maverannakhr sont envahis par les hordes mongoles. Plusieurs villes sont en ruines, surtout celles qui resistaient – Samarcande, Merv, Termez, Ourguentch. Le joug mongol long d'un siecle et demi symbolise les souffrances des habitants et le declin total du pays.

Amir Timour (1336-1405) reunit les territoires separes au sein d'un empire avec la capitale a Samarcande (en 1370). Il reussit a occuper assez facilement le Maverannakhr, la vallee de Ferghana et l'oasis de Chach, pourtant le Khorezm rebelle n'est rattache qu'en 1388. Vers le milieu des annees 1380 Timour controle tout le Khorasan, puis l'Iran. Afin d'affaiblir la Horde d'or, il entreprend 3 campagnes contre le khan Tokhtamych – en 1387, 1391 et 1394-1395. En 1392 Timour envahit l'Armenie et la Georgie, en 1397 – l'Azerbaidjan. En 1398-1399 il envahit Dehli et des regions autour. En 1400 Timour commence la guerre contre sultan turc Bajazet I et sultan egyptien Faradj, envahit Sivas en Asie mineure et Alep en Syrie. En 1402 lors de la bataille pres d'Ankara, il defait le puissant sultan de l'empire ottoman et le captive. Seule la mort peut l'arreter sur son chemin vers la Chine. Timour voulait controler les itineraires du commerce caravanier qui reliait l'Europe et le Proche Orient a l'Extreme Orient; et aspirait faire revenir les caravanes sur les anciens chemins traversant l'Asie Centrale et detruire l'itineraire du nord, controle par la Horde d'or. Dans cette logique s'inscrit la destruction des villes de la Horde d'or dont Azov, Saray, Ourguentch.

Au XVe siecle le morcellement feodal et les guerres intestines affaiblissent la puissance de l'empire timouride. L'un apres l'autre, ses territoires tombent dans les mains des dynasties ouzbeks – Cheibanides (XVIe siecle), Achtarkhanides (du XVIIe au XVIIIe siecle), Manguytes. Leur regne etait egalement accompagne par les guerres feodales qui ruinaient les villes et devastaient les champs. Les trois khanats centrasiatiques – Boukhara, Khiva et Kokand – ne cessent pas de guerres intestinales jusqu'au rattachement de l'Asie centrale a la Russie dans la deuxieme moitie du XIXe siecle.