Heure locale: 15:22
Langue:
Maison / / Le Midi de l’Ouzbékistan

Un petit  voyage au Midi de l’Ouzbékistan permettra de visiter Termez, l’une des plus anciennes villes de l’Asie Centrale et l’une des plus importantes de la Route de la Soie qui, à l’époque, liait la Sogdiane à la Bactriane et à l’Inde. Vous suivrez  les pas des grands voyageurs arabes, chinois et européens, tels que Ibn-Batouta, Xuan Zanga, Ella Maillart. 

En partant de Samarcande, on peux aller à Termez soit via Karchi, soit via Chakhrissabz. La distance entre Samarcande (Boukhara) à Termez via Karchi est de 430km et la route passe, après Karchi, par Kasbi, Gouzar, Dehkanabad, Derbent, Saïrob et Cherabad. La route via Chakhrissabz est plus longue.

La ville de Kasbi se situe à 30km de Karchi  et doit son nom à la ville antique de Kasba. C’était une ville sogdienne dont le nom devait venir du mot «kassob», «les bouchers» ou «les bons artisans». La seconde signification semble plus correcte, car les habitants de la ville avaient  la réputation de bons potiers  et fabriquaient de bonnes briques. La curiosité de cette ville est l’ensemble architectural Sultan Mir Haydar (XIVe  - XIXe ss.) qui inclut  une mosquée, quelques mausolées, une sardoba, «réservoir d’eau». La caligraphie des textes sur des pierres tombales est d’une beauté extraordinaire.

A  quelques kilomètres de Kasbi, la route passe par le village khodja Khalik où l’on peut visiter le mausolée et la mosquée Imam Mohammad Sadir Islam kabristani. La longueur du nom souligne l’importance du lieu pour les musulmans de la région.

Après la ville de Dehkanabad, la route descend dans le défilé de Bouzgala qui servait de passage de la Sogdiane à la  Bactriane et vice versa. C’est dans ce défilé, non loin de la ville de Derbent, qu’au IIs.  av. J.-C. avait été élevée une muraille en pierre pour protéger la Bactriane des invasions des Yue –Tche.

Au début de notre ère, dans le défilé a été installé une double porte de ferrure et le défilé a reçu le nom «La Porte de Fer». Nous avons des renseignements sur la Porte de Fer, sur les taxes que des commerçants devaient payer pour avoir le droit de passer grâce au témoignage du moine bouddhiste Xuan Zang qui, en 629, lors de son voyage à Termez était passé par cette Porte.

Après Derbent, c’est Baïsoun qui charme les voyagers par son paysage et sa nature. Des platanes plusieurs fois centenaire vous offrent leur ombrage.

Encore quelques moments de charme, quelque 60km à faire et  vous êtes à Termez, le but de votre voyage.

Termez

La ville de Termez, centre administratif de la province de Sourkhan-Daria se situe sur la rive droite de l’Amou-Daria à l’embouchure de la rivière Sourkhan-Daria. La superficie de la province est de 20000км². C’est une vallée limitée  de trois côtés de chaînes de montagnes d’une beauté extraordinaire:  Issaro-Alai, au nord; Babatag, à l’est; et Kouguingstaou avec Baïsountaou, à l’ouest. C’est dans une grotte de Baïsountaou qu’on a découvert, en 1938, les restes de l’homme primitif de type néandertalien.

Le climat est subtropical avec un été long (plus de 300 jours de soleil), sec et chaud; l’hiver est modéré. La faune et la flore sont très riches et varient en fonction de l’altitude. Dans la plaine poussent les plantes de steppe et de désert: la laiche, l’absinthe, l’acacia, beaucoup de plantes éphémères. A partir de 1500m d’altitude, la flore change: pistachiers, amandiers, épines-vinettes, érables, platanes, noyers.

La faune est présentée par loups, blaireaux, chats de roseau, bouquetins sangliers et de beaucoup  d’autres espèces d’animaux.

La ville de Termez avait été fondée au Vs. av. J.-C. Aux IIIe  - IIe ss. Termez est devenue le centre économique de la Bactriane du Nord. Sous les Kouchans (Ier s. av. J.-C. - IVs.), Termez était déjà une ville bien fortifiée et un grand centre de bouddisme. Depuis 704, Termez  faisait partir du califat arabe. Les IXe - XIIe ss. étaient la plus grande heure de la ville. Le développement économique, culturel, artistique et autres de Termez a été arrêté par l’invasion mongole dont la ville n’a jamais pu se remettre même sous la dynasties des Cheïbanides, Achtarkhanides et Manghyts.

La Termez d’aujourd’hui est une grande ville à une infrastructure économique assez développée, grand port fluvial sur l’Amou-Daria, grand centre d’artisanat et une grande cité universitaire. Mais l’attrait principal de Termez n’est pas là. C’est son glorieux passé historique incarné dans les monuments des diverses cultures qui attire de nouveaux Magellans et Marco Polos. Ci-dessous sont présentés les sites les plus intéressants de Termez.

L’ensemble Hakim at Termési, situé à 6km de la ville, est un complexe de monuments d’architecture se rapportant à des époques différentes.  L’ensemble était né autour du tombeau  du grand soufi Abou Abdallah  Mouhammad  ibn  Ali at-Termezi  (IXs.) que la tradition a surnommé «al Hakim», «le sage».
Juriste, poète, astronome, soufi,  at- Termezi a été enterré là où il avait vécu et enseigné et, peu de temps après sa mort sa tombe est devenue un haut lieu de pèlerinage des musulmans du pays.  Le complexe est constitué du mausolée du saint, d’une mosquée et d’une khanaka.

Le mausolée (Xe s.) avec une pierre tumulaire en marbre sculpté dont le texte raconte la vie du saint, garde encore des fragments du décor d’origine. La khanaka (XVe s.) servait d’asile et de lieu de prière aux  pèlerins musulmans. La mosquée date du XIIe s. L’ensemble a été restauré plus d’une fois.

L’ensemble Sultan Saodat (XIe - XVIIe ss.) est un groupe de sépultures familiales des Seyyids (les descedants  du Prophète). Le noyau primaire est formé par deux mausolées à coupole qui sont reliés par une iwan voûté richement décoré. Les façades sont ornées de briques géminées avec de petits «nœuds» en céramique turquiose vernissé.

Non loin de Sultan Saodat, au milieu des jardins, se dresse une grande construction de XVIs. C’est  Kokildora, un mausolée-khanaka qui recevait des soufis et était temoin de leurs exercices mystiques.

A quelque centaines de mètres de Kokildora, se trouve un autre monument d’architecture qui  porte le nom «Kyrk Kyz», «Quarante jeunes filles».
C’est une des citadelles des Samanides ce qui explique son second nom «Chakhri Samani», «la ville des Samanides». Le premier nom «Kyrk Kyz» fait allusion à des légendes sur quarante jeunes  filles amazones qui auraient combattu contre l’ennemi. La citadelle était un grand complexe (54,x54m) comprenant 50 pièces et une grande salle à trois colonnes.

Le bâtiment est flanqué de solides tours circulaires. Le donjon était l’élément principal de la résidence. Une grande mosquée à six coupoles était à la disposition des chatelains. Bâtie au XIs. ; la résidence avait perdu certains de ses composants.

La Termez bouddhiste

Carrefour de religions, l’Asie Centrale avait connu le bouddhisme au Ier s. C’était l’école du bouddhisme appelé «le grand Véhicule ou mahayana» qui autorisait la représentation du Bouddha en lui prêtant un aspect humain. Parti du nord de l’Inde, cette religion en passant par l’Asie Centrale, dont Termez, a gagné la Corée, la Chine et le Japon. Les vestiges des monastères, des stupas, des statues de Bouddha sont des témoins silencieux de cette marche triomphale.

Le complexe Fayaz Tepe situé à 2km du mausolée de Hakim at-Termezi date du Ier  s. et en état actuel représente les vestiges d’un ancien monastère et d’ un temple bouddhistes avec une partie du stupa à côté. Des statues de Bouddha, peintures murales, poteries, inscriptions découvertes sur le site permettent de voir de près les arts de cette religion.

Kara Tépé, «la colline noire», est un autre complexe bouddhiste. Aux premiers siècles ap. J.-C. la colline était utilisée par une colonie de bouddhistes pour y fonder un monastère. Le monastère a une cour intérieure qui, entourée de terrasses, donnait un peu d’ombre. Les murs sont décorés de motifs sur stuc réalisés en couleurs rouge et blanche. La peinture représente le Bouddha et des bouddhistes qui portent  des présents. Les chambres des moines sont creusées dans la roche.

La visite de Kara Tépé nécessite une autorisation spéciale dont l’obtention incombe à «Orient Voyages».

Non loin de Termez, la tour Zourmala IIe s. attire les curieux. Haute de 16m et de 14,5m de diametre, la tour est en réalité le peu qui reste d’un grand stupa en briques. Il n’y a aucun doute que le stupa renfermait à l’époque les reliques sacrées.

Un petit  voyage au Midi de l’Ouzbekistan permettra de visiter Termez, l’une des plus anciennes villes de l’Asie Centrale et l’une des plus importantes de la Route de la Soie qui, a l’epoque, liait la Sogdiane a la Bactriane et a l’Inde. Vous suivrez  les pas des grands voyageurs arabes, chinois et europeens, tels que Ibn-Batouta, Xuan Zanga, Ella Maillart.

En partant de Samarcande, on peux aller a Termez soit via Karchi, soit via Chakhrissabz. La distance entre Samarcande (Boukhara) a Termez via Karchi est de 430km et la route passe, apres Karchi, par Kasbi, Gouzar, Dehkanabad, Derbent, Sairob et Cherabad. La route via Chakhrissabz est plus longue.

La ville de Kasbi se situe a 30km de Karchi  et doit son nom a la ville antique de Kasba. C’etait une ville sogdienne dont le nom devait venir du mot «kassob», «les bouchers» ou «les bons artisans». La seconde signification semble plus correcte, car les habitants de la ville avaient  la reputation de bons potiers  et fabriquaient de bonnes briques. La curiosite de cette ville est l’ensemble architectural Sultan Mir Haydar (XIVe  - XIXe ss.) qui inclut  une mosquee, quelques mausolees, une sardoba, «reservoir d’eau». La caligraphie des textes sur des pierres tombales est d’une beaute extraordinaire.

A  quelques kilometres de Kasbi, la route passe par le village khodja Khalik ou l’on peut visiter le mausolee et la mosquee Imam Mohammad Sadir Islam kabristani. La longueur du nom souligne l’importance du lieu pour les musulmans de la region.

Apres la ville de Dehkanabad, la route descend dans le defile de Bouzgala qui servait de passage de la Sogdiane a la  Bactriane et vice versa. C’est dans ce defile, non loin de la ville de Derbent, qu’au IIs.  av. J.-C. avait ete elevee une muraille en pierre pour proteger la Bactriane des invasions des Yue –Tche.

Au debut de notre ere, dans le defile a ete installe une double porte de ferrure et le defile a recu le nom «La Porte de Fer». Nous avons des renseignements sur la Porte de Fer, sur les taxes que des commercants devaient payer pour avoir le droit de passer grace au temoignage du moine bouddhiste Xuan Zang qui, en 629, lors de son voyage a Termez etait passe par cette Porte.

Apres Derbent, c’est Baisoun qui charme les voyagers par son paysage et sa nature. Des platanes plusieurs fois centenaire vous offrent leur ombrage.
Encore quelques moments de charme, quelque 60km a faire et  vous etes a Termez, le but de votre voyage.

Termez

La ville de Termez, centre administratif de la province de Sourkhan-Daria se situe sur la rive droite de l’Amou-Daria a l’embouchure de la riviere Sourkhan-Daria. La superficie de la province est de 20000км?. C’est une vallee limitee  de trois cotes de chaines de montagnes d’une beaute extraordinaire:  Issaro-Alai, au nord; Babatag, a l’est; et Kouguingstaou avec Baisountaou, a l’ouest. C’est dans une grotte de Baisountaou qu’on a decouvert, en 1938, les restes de l’homme primitif de type neandertalien.

Le climat est subtropical avec un ete long (plus de 300 jours de soleil), sec et chaud; l’hiver est modere. La faune et la flore sont tres riches et varient en fonction de l’altitude. Dans la plaine poussent les plantes de steppe et de desert: la laiche, l’absinthe, l’acacia, beaucoup de plantes ephemeres. A partir de 1500m d’altitude, la flore change: pistachiers, amandiers, epines-vinettes, erables, platanes, noyers.

La faune est presentee par loups, blaireaux, chats de roseau, bouquetins sangliers et de beaucoup  d’autres especes d’animaux.

La ville de Termez avait ete fondee au Vs. av. J.-C. Aux IIIe  - IIe ss. Termez est devenue le centre economique de la Bactriane du Nord. Sous les Kouchans (Ier s. av. J.-C. - IVs.), Termez etait deja une ville bien fortifiee et un grand centre de bouddisme. Depuis 704, Termez  faisait partir du califat arabe. Les IXe - XIIe ss. etaient la plus grande heure de la ville. Le developpement economique, culturel, artistique et autres de Termez a ete arrete par l’invasion mongole dont la ville n’a jamais pu se remettre meme sous la dynasties des Cheibanides, Achtarkhanides et Manghyts.

La Termez d’aujourd’hui est une grande ville a une infrastructure economique assez developpee, grand port fluvial sur l’Amou-Daria, grand centre d’artisanat et une grande cite universitaire. Mais l’attrait principal de Termez n’est pas la. C’est son glorieux passe historique incarne dans les monuments des diverses cultures qui attire de nouveaux Magellans et Marco Polos. Ci-dessous sont presentes les sites les plus interessants de Termez.

L’ensemble Hakim at Termesi, situe a 6km de la ville, est un complexe de monuments d’architecture se rapportant a des epoques differentes.  L’ensemble etait ne autour du tombeau  du grand soufi Abou Abdallah  Mouhammad  ibn  Ali at-Termezi  (IXs.) que la tradition a surnomme «al Hakim», «le sage». Juriste, poete, astronome, soufi,  at- Termezi a ete enterre la ou il avait vecu et enseigne et, peu de temps apres sa mort sa tombe est devenue un haut lieu de pelerinage des musulmans du pays.  Le complexe est constitue du mausolee du saint, d’une mosquee et d’une khanaka.

Le mausolee (Xe s.) avec une pierre tumulaire en marbre sculpte dont le texte raconte la vie du saint, garde encore des fragments du decor d’origine. La khanaka (XVe s.) servait d’asile et de lieu de priere aux  pelerins musulmans. La mosquee date du XIIe s. L’ensemble a ete restaure plus d’une fois.

L’ensemble Sultan Saodat (XIe - XVIIe ss.) est un groupe de sepultures familiales des Seyyids (les descedants  du Prophete). Le noyau primaire est forme par deux mausolees a coupole qui sont relies par une iwan voute richement decore. Les facades sont ornees de briques geminees avec de petits «n?uds» en ceramique turquiose vernisse.

Non loin de Sultan Saodat, au milieu des jardins, se dresse une grande construction de XVIs. C’est  Kokildora, un mausolee-khanaka qui recevait des soufis et etait temoin de leurs exercices mystiques.

A quelque centaines de metres de Kokildora, se trouve un autre monument d’architecture qui  porte le nom «Kyrk Kyz», «Quarante jeunes filles».

C’est une des citadelles des Samanides ce qui explique son second nom «Chakhri Samani», «la ville des Samanides». Le premier nom «Kyrk Kyz» fait allusion a des legendes sur quarante jeunes  filles amazones qui auraient combattu contre l’ennemi. La citadelle etait un grand complexe (54,x54m) comprenant 50 pieces et une grande salle a trois colonnes.

Le batiment est flanque de solides tours circulaires. Le donjon etait l’element principal de la residence. Une grande mosquee a six coupoles etait a la disposition des chatelains. Batie au XIs. ; la residence avait perdu certains de ses composants.

La Termez bouddhiste

Carrefour de religions, l’Asie Centrale avait connu le bouddhisme au Ier s. C’etait l’ecole du bouddhisme appele «le grand Vehicule ou mahayana» qui autorisait la representation du Bouddha en lui pretant un aspect humain. Parti du nord de l’Inde, cette religion en passant par l’Asie Centrale, dont Termez, a gagne la Coree, la Chine et le Japon. Les vestiges des monasteres, des stupas, des statues de Bouddha sont des temoins silencieux de cette marche triomphale.

Le complexe Fayaz Tepe situe a 2km du mausolee de Hakim at-Termezi date du Ier  s. et en etat actuel represente les vestiges d’un ancien monastere et d’ un temple bouddhistes avec une partie du stupa a cote. Des statues de Bouddha, peintures murales, poteries, inscriptions decouvertes sur le site permettent de voir de pres les arts de cette religion.

Kara Tepe, «la colline noire», est un autre complexe bouddhiste. Aux premiers siecles ap. J.-C. la colline etait utilisee par une colonie de bouddhistes pour y fonder un monastere. Le monastere a une cour interieure qui, entouree de terrasses, donnait un peu d’ombre. Les murs sont decores de motifs sur stuc realises en couleurs rouge et blanche. La peinture represente le Bouddha et des bouddhistes qui portent  des presents. Les chambres des moines sont creusees dans la roche.

La visite de Kara Tepe necessite une autorisation speciale dont l’obtention incombe a «Orient Voyages».

Non loin de Termez, la tour Zourmala IIe s. attire les curieux. Haute de 16m et de 14,5m de diametre, la tour est en realite le peu qui reste d’un grand stupa en briques. Il n’y a aucun doute que le stupa renfermait a l’epoque les reliques sacrees.